Nouvelles et information

LA VOIE MARITIME RENCONTRE DES ÉLUS DU NIAGARA POUR DISCUTER DE LA SÉCURITÉ DU CANAL

St. Catharines (Ontario), le 21 mars 2005 – Le vice-président de la Région Niagara de la Corporation de Gestion de la Voie Maritime du Saint-Laurent (GVMSL) Michel Drolet a rencontré aujourd’hui des élus du Niagara pour discuter des impératifs de sécurité à l’égard du canal Welland.


« Il y a eu beaucoup de malentendus sur les répercussions qu’auront les nouvelles mesures de sécurité pour le canal Welland, a dit M. Drolet. Nous pensions qu’il importait de renseigner les élus pour qu’ils comprennent comment et pourquoi ces nouvelles dispositions sont mises en œuvre. »


Durant la séance d’information, M. Drolet a expliqué que les mesures de sécurité visent à déceler et prévenir les mouvements et activités non autorisés dans les zones désignées où navires et infrastructure sont vulnérables, par exemple lors de l’amarrage d’un navire dans un sas d’écluse. Elles ne font suite à aucune menace particulière touchant le canal.


La CGVMSL fait suite au nouveau Règlement sur la sûreté du transport maritime (RSTM) qui est entré en vigueur le 1er juillet 2004. Transports Canada a promulgué ces dispositions pour observer le Code international pour la sûreté des navires et des installations portuaires (Code ISPS) de l’Organisation maritime internationale. En tant que signataire de la Convention internationale de 1974 pour la sauvegarde de la vie humaine en mer (Convention SOLAS), le Canada était tenu d’appliquer le Code ISPS au plus tard le 1er juillet 2004.


« Il semble y avoir dans le milieu de l’inquiétude que tout le canal soit entouré de clôtures, a déclaré M. Drolet. En fait, il y aura très peu de clôtures supplémentaires, mais dans certains cas, celles qui sont déjà en place seront remplacées ou rehaussées pour qu’elles soient conformes aux normes pertinentes de Transport Canada. »


De nouvelles clôtures seront requises pour pallier les lacunes selon nos obligations nationales et internationales. Face à la question particulière du musée et du poste d’observation de l’écluse 3, M. Drolet s’est engagé à coopérer avec les représentants de la ville de St. Catharines pour appliquer les mesures de sécurité de la façon qui dérangera le moins possible les visiteurs tout en respectant le RSTM. Il s’est ausi engagé à continuer de coopérer avec les autres élus de la région du Niagara sur ce dossier et d’autres.