Nouvelles et information

LA VOIE MARITIME ATTEINT UN SOMMET POSTRÉCESSION : 40 MILLIONS DE TONNES DE MARCHANDISES
Les céréales enregistrent leur meilleure saison depuis le tournant du siècle, avec 12 millions de tonnes

Cornwall (Ontario), le 12 janvier 2015 – La Voie maritime a achevé la saison de navigation 2014 sur 40 millions de tonnes de marchandises transportées. Elle s’est ainsi complètement rétablie à la suite de la crise financière mondiale de 2009 et de ses répercussions. La Corporation de Gestion de la Voie Maritime du Saint-Laurent (CGVMSL) a annoncé aujourd’hui que la Voie maritime a été fermée pour la saison le 1er janvier 2015 à 0 h 22, après que le Sten Bergen, faisant route vers l’est, a franchi l’écluse de Saint-Lambert à Montréal. L’ultime navire à quitter le canal Welland a été l’Algoma Navigator, à 8 h le 31 décembre. La Voie maritime ayant été ouverte le 28 mars (environ une semaine plus tard que d’habitude en raison du froid qui régnait au début du printemps), sa saison de navigation 2014 s’est étendue sur 280 jours.

Cette saison a été marquée par un volume exceptionnel de céréales transportées sur la Voie maritime. Les agriculteurs et les marchands de céréales avaient fort à faire pour écouler la récolte surabondante de 2013 qui avait saturé le réseau ferroviaire. « Il est évident que la Voie maritime a prouvé son importance comme artère de transport vitale en 2014, a affirmé le président et chef de la direction de la CGVMSL Terence Bowles. Les transporteurs ont acheminé plus de 12 millions de tonnes de céréales par nos écluses, soit le plus fort volume depuis le tournant du siècle, il y a 14 ans. Nous sommes du reste satisfaits de nos diverses initiatives de promotion et de nos péages incitatifs, auxquels nous attribuons quelque 2,5 millions de tonnes au titre de la nouvelle clientèle en 2014. »

La remontée à 40 millions de tonnes de marchandises en 2014, une augmentation de 7 % par rapport à 2013, a été favorisée principalement par l’essor des expéditions de céréales. Les produits de fer et d’acier ont aussi bien progressé, ainsi que les expéditions de sel de voirie destinées à reconstituer les réserves lourdement taxées par l’hiver rigoureux de 2013. Les navires océaniques sont venus dans la Voie maritime plus nombreux que depuis des années. À plusieurs occasions en 2014, il s’en trouvait plus de 50 en même temps dans le réseau Grands Lacs-Voie maritime du Saint-Laurent.

Selon l’administratrice de la Saint Lawrence Seaway Development Corporation des États-Unis, Betty Sutton, « Le réseau Grands Lacs-Voie maritime du Saint-Laurent joue un rôle important en facilitant la croissance économique dans la région des Grands Lacs, qui devient la région des possibilités économiques en Amérique du Nord. En particulier, la progression des expéditions de fer et d’acier cette dernière saison de navigation reflète une résurgence dans le secteur manufacturier, la construction, l’énergie et d’autres industries à la grandeur de la région. La saison de navigation 2014 de la Voie maritime s’est achevée en force, contribuant à la vigueur retrouvée de l’économie et laissant entrevoir un recours accru au transport maritime des marchandises dans la région. »

Au cours de la saison de navigation 2014, la CGVMSL a commandé l’installation de matériel d’amarrage mains libres à trois écluses de plus. Ainsi, quatre écluses seront dotées de ventouses pour amarrer les navires. Dans le cadre de son programme de 500 millions de dollars de modernisation et de renouvellement des actifs, la CGVMSL crée les moyens d’accroître encore la sécurité et l’efficacité de la Voie maritime. D’ici la fin de 2017, toutes les écluses élevées de la Voie maritime posséderont l’équipement permettant l’amarrage automatisé, ce qui éliminera la nécessité d’immobiliser les navires manuellement au moyen de câbles.

Également en 2014, les transporteurs empruntant la Voie maritime ont continué de moderniser leurs activités. Ils ont pris possession de navires à la fine pointe de la technologie, conçus expressément pour la Voie maritime. Ces bâtiments, qui consomment beaucoup moins de carburant et produisent beaucoup moins d’émissions, font partie d’un investissement de 1 milliard de dollars des armateurs dans le renouvellement des flottes intérieures et océaniques. Cet investissement témoigne de la valeur durable que représente la Voie maritime et de la confiance des acteurs clés en son avenir.

La Voie maritime du Saint-Laurent est pour les transporteurs une artère économique et fiable offrant un moyen vital d’expédier des marchandises aussi bien en Amérique du Nord que partout dans le monde. Le transport de biens sur le réseau Grands Lacs-Voie maritime soutient quelque 227 000 emplois et 35 milliards de dollars d’activité économique. Pour de plus amples renseignements sur la Voie maritime, veuillez consulter le site Web www.grandslacs-voiemaritime.com.

.