La Voie maritime

L'historique de la Voie maritime

La Voie maritime du Saint-Laurent a été ouverte à la navigation en 1959. La construction des 189 milles (306 km) de la Voie maritime entre Montréal et le lac Ontario est reconnue comme un des hauts faits historiques en matière de génie. Sept écluses ont été construites dans la section Montréal-lac Ontario de la Voie maritime : cinq écluses canadiennes et deux écluses américaines; elles soulèvent les navires de 246 pieds (75 m) au-dessus du niveau de la mer.

Le canal Welland, qui fait 28 milles (44 km) est la quatrième version d’un lien navigable entre le lac Ontario et le lac Érié; le premier tel lien a été construit en 1829. Le canal actuel a été terminé en 1932, puis approfondi dans les années 1950 dans le cadre du projet de la Voie maritime, et redressé en 1973. Aujourd’hui, ses huit écluses, toutes canadiennes, font grimper les navires de 326 pieds (100 m), soit la hauteur de l’escarpement de Niagara.

Lire le livre (copie PDF) :

La Voie Maritime du Saint-Laurent


Cinquante ans et l'avenir à nos portes

D'Arcy Jenish

Michel Gaulin, traducteur


Jalons historiques

1680
Dollier de Casson, supérieur du Séminaire des Sulpiciens à Montréal, lance le projet de construire un canal de 1,5 m (5 pieds) de profondeur pour contourner les rapides de Lachine entre le lac Saint-Louis et Montréal; le canal sera achevé en 1824.

1779
Des ingénieurs du Corps Royal entament la construction de quatre petits canaux sur la rive nord du Saint-Laurent à Montréal pour relier le lac Saint-Louis au lac Saint-François.

1783
Les quatre petits canaux sur la rive nord du Saint-Laurent sont achevés. Ils ont seulement 0,76 m (2,5 pieds) de profondeur et comptent au total cinq écluses de 1,83 m (6 pieds) de largeur - les premières écluses construites sur le Saint-Laurent et peut-être en Amérique du Nord.

1824
Le canal de Casson (aujourd'hui le canal de Lachine) relie Montréal au lac Saint-Louis. Il a alors 1,52 m (5 pieds) de profondeur et compte sept écluses.

1829
Le 30 novembre 1829, la goélette Ann and Jane effectue le premier transit du canal Welland partiellement achevé.

1833
Le premier canal Welland est achevé. Construit par la Welland Canal Company, il fait 43,5 km (27 milles) de longueur et il compte 40 écluses en bois.

1843
Ouverture du canal de Cornwall.

1845
Ouverture du canal de Beauharnois.

1895
La première Commission conjointe canado-américaine des voies navigables en eau profonde examine la faisabilité d'une Voie maritime. Une Commission conjointe internationale suivra en 1909, mais la Voie reste à l'état de projet.

1932
Achèvement du quatrième canal Welland : 43,5 km (27 milles) de longueur et 7,62 m (25 pieds) de profondeur minimale. Huit écluses élèvent les navires de 99,36 m (326 pieds) au total. C'est le début de la Voie maritime moderne.

Les Canada et les États-Unis signent le Traité de la Voie navigable en eau profonde Grands Lacs/Saint-Laurent, qui demeure sans suite.

1949
L'intérêt du public pour une voie navigable plus profonde sur le Saint-Laurent et les pressions commerciales croissantes suscitent la création d'une autre Commission conjointe canado-américaine des voies navigables en eau profonde, chargée d'étudier la faisabilité d'une Voie maritime. (Deux guerres mondiales et l'opposition d'entreprises américaines influentes, notamment dans le secteur ferroviaire, avaient bloqué tout projet conjoint. Les négociations continuent, une Commission mixte internationale est créée en 1909, suivie de la signature du Traité de la Voie navigable en eau profonde Grands Lacs/Saint-Laurent en 1932 et de l'Accord sur le bassin des Grands Lacs et du Saint-Laurent en 1941. Les travaux ne commencent toujours pas.)

1951
La Loi sur l'Administration de la voie maritime du Saint-Laurent et la Loi sur l'aménagement de l'énergie des Rapides internationaux autorisent les Canadiens à entreprendre la construction d'ouvrages de navigation du côté canadien, de Montréal au lac Ontario, et sur le canal Welland. Dans le cadre d'un projet canado-américain, on entame aussi des ouvrages hydroélectriques dans la section des Rapides internationaux. Les États-Unis amorcent des travaux sur le canal Wiley-Dondero qui contournera les Rapides internationaux. C'est le début de la coopération sur la Voie maritime moderne.

1954
Le Parlement crée l'Administration de la voie maritime du Saint-Laurent, chargée d'acquérir des terres et de construire, exploiter et entretenir une voie navigable en eau profonde entre le port de Montréal et le lac Érié ainsi que les ponts internationaux traversant cette voie et divers terrains et structures.

Les États-Unis se joignent au Canada pour réaliser la Voie maritime du Saint-Laurent en adoptant le 13 mai le Wiley-Dondero Act (ou Seaway Act) créant la Saint Lawrence Seaway Development Corporation (SLSDC).

Le Canada et les États-Unis concluent une entente sur la construction de la Voie. Coût prévu : 470,3 $ millions, dont 336,5 $ millions assumés par le Canada et 133,8 $ millions par les États-Unis.

Les travaux commencent en septembre. On modifie quatre ponts de la région de Montréal sans perturber la circulation, on creuse de nouveaux chenaux et on drague les anciens. Les excavatrices découvrent des formations rocheuses si dures qu'il faut recourir à de nouvelles méthodes et machines. Le projet hydroélectrique inondera 259 km carrés (100 milles carrés); il faut exproprier des terres et déménager des collectivités. Quelque 6 500 personnes déménagent dans des maisons neuves et 550 habitations sont transportées dans les nouvelles villes ontariennes de Long Sault, Ingleside et Iroquois.

1958
La nouvelle écluse d'Iroquois est fonctionnelle en mai. Le 4 juin, les écluses américaines Snell et Eisenhower de Massena (New York) sont inaugurées et la production de courant débute à la centrale internationale Moses-Saunders. L'échéancier de quatre ans a été respecté presque jour pour jour.

1959
L'achèvement du projet canado-américain de navigation relie la région des Grands Lacs aux marchés mondiaux.

Le 25 avril, le brise-glace D'Iberville amorce la première traversée complète de la Voie maritime du Saint-Laurent, inaugurée par la reine Elizabeth et le président Eisenhower le 26 juin. Une cérémonie a lieu le 27 juin à Massena (New York), en présence de la reine et du vice-président Richard M. Nixon.

La jauge brute totale enregistrée pour cette saison de navigation atteint 25,1 millions de tonnes.

1966
Entrée en service du premier centre de contrôle du trafic du canal Welland. Création du département des Transports des États-Unis; le secrétaire des Transports est responsable des politiques et de la supervision de la SLSDC.

1973
Ouverture de la nouvelle section du canal Welland construite pour contourner la ville de Welland.

1977
Le tonnage annuel des cargaisons transportées dans la section Montréal/lac Ontario atteint 57,7 millions de tonnes.

1978
La Voie maritime canadienne devient autonome sur le plan de l'exploitation, grâce aux revenus tirés des péages et de ses investissements. Le gouvernement fédéral participe encore aux travaux d'infrastructure.

1979
Le tonnage brut des navires transitant par la Voie maritime atteint 80,3 millions de tonnes.

20e anniversaire de l'ouverture de la Voie à la navigation en eau profonde et 150e anniversaire de l'ouverture du premier canal Welland.

1983
Le tonnage des cargaisons transportées sur la Voie atteint le cap du milliard.

1984
La Voie maritime célèbre son 25e anniversaire. Le président américain Ronald Reagan proclame 1984 « Année de la Voie maritime » et le 27 juin 1984 « Journée de la Voie maritime ».

1986
L'Administration de la voie maritime du Saint-Laurent entreprend de rénover le canal Welland au coût de 175 $ millions, répartis sur sept ans.

Le Congrès américain adopte le Water Resources Development Act, qui transforme la SLDSC en organisme financé par crédits (plutôt qu'autofinancé) et élimine les péages dans la partie américaine de la Voie maritime.

1989
En 30 ans, la Voie maritime a enregistré plus de 160 000 transits effectués par des navires battant pavillon de plus de 50 pays.

1993
Le tirant d'eau de la Voie passe de 26 pieds à 26 pieds 3 pouces, augmentant la capacité des cargaisons; les navires excédant par 2 pieds ou moins la limite de largeur de 76 pieds utilisent les écluses pour la première fois.

1995
La section Montréal-lac Ontario de la Voie maritime établit un nouveau record en restant ouverte du 24 mars au 28 décembre, soit 280 jours.

1996
Le 10 mai, deux milliards de tonnes de cargaisons, évaluées à plus de 300 $ milliards de dollars, ont transité par la Voie maritime.

En juin 1996, la Loi maritime du Canada destinée à commercialiser la Voie maritime est déposée à la Chambre des communes. Le Parlement est dissous pour une élection avant l'adoption de la loi, mais celle-ci est déposée de nouveau en août 1997 et reçoit la sanction royale en juin 1998.

1998
Le 1er octobre, le contrôle opérationnel du secteur canadien de la Voie est transféré de l'Administration de la voie maritime du Saint-Laurent à la Corporation de Gestion de la Voie Maritime du Saint-Laurent, nouvelle société sans but lucratif. Le gouvernement du Canada demeure propriétaire des infrastructures et responsable de la réglementation.

1999
40e anniversaire de la construction de la Voie maritime.

2003
Le Système d'identification automatique des navires (SIA) devient obligatoire dans la Voie maritime du Saint-Laurent.

C'est la première application au monde d'un SIA dans une voie navigable intérieure.

2004
175e anniversaire du premier canal Welland.

50e anniversaire du début de la construction de la Voie maritime du Saint-Laurent.

La profondeur de la Voie maritime est augmentée de 26 pi 3 po à 26 pi 6 po, ce qui permet aux navires de transporter jusqu'à 300 tonnes de cargaison de plus par voyage.

Le réseau Grands Lacs-Voie maritime du Saint-Laurent est maintenant connu sous le nom de « Autoroute H2O».

2006
La section Montréal-lac Ontario de la Voie maritime établit un nouveau record en restant ouverte du 23 mars au 30 décembre, soit 283 jours.

2007
75e anniversaire du quatrième canal Welland.

2009
50e anniversaire de la Voie maritime du Saint-Laurent.

 

 

 

Le Réseau Grands Lacs - Voie maritime: une
voie navigable vitale